JOURNEE MONDIALE POUR LA SAUVEGARDE DU LIEN PARENTAL.
Nous sommes tous concernés afin de maintenir le lien parental, en cas de séparation du couple.
Dans la vie actuelle, nul n’échappe à cette régle.
Nombre d’entres nous, vivent en familles recomposées ou monoparentales.
Ils sont frères, sœurs, demi-frères, demi-soeurs ou aucun lien.
Les parents vivent remariés ou non, pacsés ou pas, ils sont beaux-pères ou belles-mères.
La difficulté est grande pour les enfants en cas de divorce, car en général ils aiment autant leur père que leur mère.
Le traumatisme peut-être profond et des difficultés plus ou moins importantes peuvent surgir à tout âge.
D’où l’importance de maintenir coûte que coûte, le lien parental.
Une journée d’origine anglo-saxonne et dont le nom d’origine est “Parental Alienation Awareness Day” y est réservée.
(site www.paawareness.org).
Elle est célébrée chaque 25 avril et est connue dans le monde francophone sous le nom de Journée Mondiale pour la sauvegarde du lien parental.
En cas de divorce ou de séparation “conflictuelle”, il n’est pas rare que les enfants deviennent les enjeux et ce qui est certain, c’est qu’ils ne sont pas en mesure de faire respecter leurs droits.
Priver un enfant de la possibilité de voir un de ses deux parents constitue une aliénation parentale et provoque une maltraitance psychologique : ces enfants sont en danger !
On aimerait croire à «Tu verras avec le temps un jour tout s’arrangera» pourtant avant de parvenir à ce moment d’accalmie, il y aura eu beaucoup de mal et de souffrances pour rien.
QUELQUES CHIFFRES:
35% des mariages se terminent par un divorce selon l’Institut national des études démographiques (INED)
4,3 millions d’enfants en France vivent dans une famille monoparentale ou recomposée.
1 enfant sur 4 vit avec un seul de ses parents.
Dans 1 cas sur 10 il est élevé au sein d’une famille recomposée.
Si les séparations ont augmenté, la garde reste l’apanage de la mère 84% des enfants vivant dans une famille monoparentale sont avec leur maman.
Cette situation est beaucoup plus nuancée dans les familles recomposées, où 37% des enfants vivent avec leur père.
En France, près de 30.000 plaintes par an, pour non-représentation d’enfants, qui mettent en cause des milliers de parents, hommes et femmes.
Mais combien de parents n’osent pas porter plainte, soit par peur, soit par découragement face à un parcours juridique épuisant dans lequel «les affaires de familles» sont généralement classées sans suite.
Priver abusivement un enfant d’un de ses parents est une violation :
. de la Charte des Droits de l’Homme
de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant
de la Loi sur l’Autorité Parentale de 2002 (en France)
En France, l’association ACALPA, reconnue par le ministère de l’Intérieur comme une association d’aide et de soutien aux victimes, milite pour le maintien du lien familial.
Un site à visiter : www.acalpa.org
Les Gendarmes de Cœur sont solidaires de cette journée mondiale.
J.T.D08.Resp.Com.G.D.C.