65 - DÉCEMBRE 2015

matin, ils trouvaient que Pauline ne res- pirait pas comme d habitude. Aussitôt, le couple décide de l amener aux ur- gences du CHU de COMPIEGNE.

Le Verdict est sans appel

Après avoir effectué une échographie, le médecin déclare aux parents qu il y a une suspicion de cancer au niveau de l abdomen et que Pauline doit être trans- férée de toute urgence à AMIENS pour faire un scanner. Après avoir effectué ce dernier, les médecins d AMIENS leur donnent le verdict : Pauline est atteinte d un cancer, ils ne savent pas exacte- ment de quel type, mais il en est à un stade avancé. Dans la nuit, la petite fille subira une ponction de liquide dans l un de ses poumons, ce qui était à l origine de la détresse respiratoire. Elle passera au bloc opératoire le lende- main après-midi pour la pose d un cathé- ter central et une biopsie. Hospitalisée en milieu protégé, elle subira deux au- tres ponctions et trois transfusions. Il lui sera posé également une sonde gas- trique afin de maintenir son poids. Les analyses permettant de déterminer le type de cancer, prenaient du temps, alors le 25 juillet 2014, l'équipe médi- cale décidera de faire des cures de chi- miothérapie en urgence. Au bout de sept semaines d hospitalisation, les méde- cins annoncent aux parents de Pauline qu elle est atteinte d un cancer rare, un ou deux cas par an en France, appelé sarcome indifférencié du foie avec car- cinose péritonéal, plus communément appelé : "cancer du foie en évolution qui touche d'autres organes".

Un grand nombre de changements s'enchainent en peu de temps.

Il était prévu que David soit muté le 1er

août 2014 à la BTA VALENCIENNES. Etant donné que la maladie de Pauline nécessitera des hospitalisations fré- quentes pour la prise de traitements lourds et répétés, au centre Oscar LAM- BRET à LILLE le père de famille a solli- cité une modification d'affectation pour obtenir un poste à LILLE ou le plus proche possible de LILLE. Il a pu obtenir la Brigade des Recherches de LILLE.

Dès que la mutation a été effective, Pau- line a été autorisée à quitter le Centre

Hospitalier d AMIENS pour être suivie au Centre Oscar LAMBRET à LILLE. La fil- lette y recevra plusieurs cures de chimio- thérapie à raison d une cure toutes les trois semaines. Pauline subira une nou- velle intervention chirurgicale pour rem- placer son cathéter par un pack et recevra également une quatrième trans- fusion sanguine.

David et Erika avaient prévu d'échanger leurs vœux de mariage Le 30 août 2014 mais leur situation familiale ne se prê- tait pas à faire la fête. Ils ont décidé de tout annuler. Erika a dû quitter son em- ploi et n a pas pu en retrouver un nou- veau dans la région car elle a eu la lourde charge de s occuper à plein temps de leur petite Pauline. En consé- quence la famille a dû, brutalement, faire face à une grande perte de revenu.

Rares sont les chirurgiens qui accep- tent d'opérer ce genre de tumeurs.

L entretien avec le médecin du centre Oscar LAMBRET, apprend aux jeunes pa- rents que cela va être compliqué de trouver un chirurgien qui accepte d opé- rer ce type de pathologie et principale- ment à cause de la présence de tumeurs au niveau du péritoine. Seule, une chirurgienne aux Etats-Unis aurait déjà pratiqué cette intervention délicate sur une enfant beaucoup plus âgée que Pauline. Une prise de contact a lieu entre les médecins de PARIS et la chi- rurgienne des Etats-Unis.

A la fin de l avant dernière cure de chi- miothérapie, le corps de Pauline semble avoir très bien réagi au protocole de soin. Le médecin annonce aux parents que deux femmes chirurgiens installées à l hôpital du KREMLIN BICÊTRE (94) ac-

revue montee 2015:Mise en page 1 30/11/15 08:21 Page65