39 - DÉCEMBRE 2015

UN TRAVAIL ACHARNÉ ET UNE SÉRIEUSE ENVIE DE RÉUSSITE De longues journées de formation se sont très vite enchaînées mais n ont fait que renforcer son envie de devenir Gen- darme. Un travail acharné et une sé- rieuse envie de réussite lui ont permis de finir second de sa promotion.

Etant originaire des Alpes-Maritimes, le souhait de Jérôme était de pouvoir y re- venir. Dans l amphithéâtre, au moment du choix des affectations, quand la carte de France avec les places disponi- bles s est affichée, son regard s est tout de suite porté sur sa région d ori- gine. Il a été soulagé de voir que trois places étaient proposées. Le jeune homme a pu choisir la région de Gen- darmerie de Provence-Alpes-Côte d Azur ainsi que le Groupement de Gendarme- rie des Alpes-Maritimes.

ENFIN LA VIE DONT IL RÊVAIT ET UNE CARRIÈRE PROMETTEUSE

Au moment des choix d affectation, il a demandé le Peloton de Surveillance et d Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Cannes en premier choix car c était la place pour laquelle il s était inscrit dans la Gendarmerie et surtout la place qui lui tenait le plus à cœur.

Le jour de la cérémonie de fin de promo- tion, la nouvelle est tombée, Jérôme était, affecté au PSIG de Cannes. Pour lui, ce fut une joie immense : il avait ob- tenu la place qu il ambitionnait. Affecté au PSIG le 13 juillet 2014 le jeune homme, commençait enfin la vie dont il rêvait.

Après quelques courtes semaines d ac- tivité, les supérieurs du jeune G.A.V. contents du bon travail qu il fournissait lui ont proposé dix jours de vacances avant une longue série d interpellations et de patrouilles programmées à brève échéance.

LE JOUR OÙ TOUT A BASCULÉ Le samedi 30 Août, Jérôme décida de partir faire une balade à moto avec des camarades motards. Ils ont pris la route et la journée se passait bien quand entre MONS et CASTELLANE, Jérôme a perdu le contrôle de sa moto dans un petit virage à l entrée duquel il y avait un cassis. Le jeune homme n a pu maitriser son engin et il est allé percuter la mon- tagne avec une forte énergie cinétique.

Jérôme n a aucun souvenir de son acci- dent à part un flash où il se voit à terre demandant à son camarade dans quel

état était sa moto. Celui-ci lui a répondu qu elle était détruite. Il lui a encore de- mandé d appeler ses proches pour leur signaler son accident.

Ensuite le jeune homme a été évacué par hélicoptère vers l hôpital St Anne à TOULON (83) pour y recevoir les soins que son état nécessitait.

UN BILAN TRÈS LOURD Après de longues heures sur la table d opération le verdict est tombé : je jeune homme a été touché à la vertèbre D4. Celle-ci a été fracturée et a frotté la moëlle épinière ce qui a eu pour consé- quence de le paralyser complètement en dessous des pectoraux. Il avait aussi deux côtes cassées avec une perfora- tion du poumon lui causant un pneumo- thorax. Son artère sous clavière s était distendue dans l accident et il avait éga- lement de nombreux hématomes sur tout le corps. Son bras gauche était bien abimé aussi avec une déchirure muscu- laire du biceps et du triceps ainsi qu une distension des tendons. Pour finir, une greffe de peau au genou droit a dû être effectuée.

UN LONG COMBAT COMMENCE Après 15 jours d hospitalisation le jeune homme a été envoyé au centre de réédu- cation fonctionnelle Renée SABRAN sur la presqu île de Giens à HYERES (83) où il a fait un long séjour de sept mois pour apprendre à devenir auto- nome avec sa paraplégie. Un long com- bat a commencé, contre la détresse et la douleur. Les journées étaient longues et difficiles mais entre patients ils s en-

traidaient, même s ils rêvaient tous d une vie meilleure.

Ses camarades du PSIG l ont toujours soutenu, ainsi que son commandant de Groupement qui ne l a pas laissé tom- ber. Cela prouve que la Gendarmerie est bien une grande famille.

LA NOUVELLE VIE DE JÉRÔME Le jeune homme est sorti du centre le 27 avril 2015 pour commencer sa nou- velle vie. Celle-ci ne s annonce pas fa- cile mais Jérôme est un battant, il va continuer à se battre pour vivre norma- lement. La vie a tant de choses à propo- ser qu il ne faut pas se laisser abattre. Elle continue et chaque jour qui passe est un nouveau défi. Le regard des gens n est pas important car il a la force iné- branlable de vouloir s en sortir. Il ne pro- nonce plus le mot impossible car on peut tout surmonter avec la force et l honneur.

Aujourd hui Jérôme a le sourire et ce n est pas un masque ! Certes il n est plus le même mais il a le soutien de ses proches. C est ce qui lui a permis de s en sortir surtout dans les périodes de doute et de désespoir. Sa Maman et ses amis (ies) le soutiennent du mieux qu ils peuvent et l entourent avec beau- coup d affection.

UN MESSAGE D ESPOIR Le 30 Août restera à jamais gravé en moi, mais la fin de l histoire aurait pu être pire. J espère que ce témoignage ai- dera certaines personnes et fera com- prendre à d autres que la vie vaut la peine d être vécue, qu il y a toujours de l espoir et que le handicap n est pas une fatalité.

revue montee 2015:Mise en page 1 30/11/15 08:20 Page39