28 - DÉCEMBRE 2015

LE DOULOUREUX COMBAT DE L'ADJUDANT CHRISTOPHE QUIEVRE

S ' I L E S T U N H O M M E Q U I A D Û S E B AT-

T R E C O N T R E L ' A D V E R S I T É , C ' E S T

B I E N L ' A D J U D A N T C H R I S T O P H E Q U I E -

V R E . L A M A L A D I E E T L A M A L C H A N C E

O N T F R A P P É S A FA M I L L E B I E N P L U S

Q U E D E R A I S O N TA N T E T S I B I E N

Q U ' A U J O U R D ' H U I E N C O R E , S O N Q U O -

T I D I E N E S T U N C O M B AT.

Un début de carrière et premier combat.

Christophe est entré en gendarmerie en 1991. Après un passage à l'école de gendarmerie de MONTLUCON, il a été affecté dans une brigade en Haute Nor- mandie sur la compagnie de DIEPPE, la BTA LONGUEVILLE SUR CIE. Il y a exercé jusqu en 1999. A cette époque, il était marié et papa de trois enfants Maelle, Gabriel et Zoé. Son fils Gabriel est défi- cient mental depuis sa naissance.

Les ennuis continuent

En 1999, l'épouse de Christophe dé- clare un cancer, un lymphome hodgki- nien. Les deux années suivantes furent très difficiles, hospitalisations, chimio- thérapies, radiothérapies Malheureusement le couple n a pas ré- sisté à cette épreuve.

Changement de région et de vie

En 2000, L'Adjudant QUIEVRE a été af- fecté dans le Nord, à la brigade de TOURCOING puis à celle de LA BASSEE en février 2002.

Gabriel a été suivi et pris en charge très tôt par le CAMS de TOURCOING et de- puis l âge de 6 ans, il est à l'Institut Mé- dico- Educatif " Le Recueil " à VILLENEUVE D ASCQ (59).

En 2002, Christophe rencontre celle qui deviendra sa seconde épouse, la Gen- darme Catherine KONOPACKI, qui exerce au sein de la même brigade que lui.

Ils se sont mariés et ont eu deux en- fants, Thomas et Evan. Dans le cadre de l avancement, en octobre 2006, Chris- tophe a choisi le PSIG de WIZERNES (62). Son épouse a été mutée à la BTA

de TATINGHEM (62) afin que la famille puisse occuper un logement unique. Dans la même année, Maëlle, la fille aînée de Christophe, a choisi de venir habiter chez son père. Bien qu'elle ait pu le voir à, l'instar de ses frère et sœur, autant de fois que possible sans se li- miter à un jugement de divorce ! La vie se déroulait " normalement ".

L'accident qui va une nouvelle fois bouleverser sa vie

Le 18 janvier 2013 à 7 heures 40, Chris- tophe quitte son domicile à bord d un vé- hicule de service pour rejoindre sa caserne au PSIG de WIZERNES. Il a neigé, les chaussées sont praticables à faible allure. A 7 heures 45, alors qu'il circule en ligne droite, le militaire est percuté de face par un véhicule qui ar- rive en sens inverse. Christophe se sou- vient de cet instant horrible où il voit cette masse de ferraille se diriger vers lui. Il a juste le temps de penser " Non,

ça va passer ". A ce souvenir, il fris- sonne encore. Sans pouvoir dire au bout de combien de temps, il se souvient se s'être retrouvé debout dans la neige, perdu ! Il est désorienté, et éprouve une très vive douleur dans le haut de la co- lonne vertébrale. Il se retourne et constate que son véhicule a été percuté. Sa seule pensée, en réalisant ce qui ve- nait de se passer est pour sa femme et ses enfants. Il faut impérativement qu'il l'appelle en personne pour la rassurer.

Ensuite, les secours feront le reste, il est transporté à l hôpital le plus proche à SAINT OMER (62). Après les examens préliminaires, il est placé dans une co- quille, le verdict tombe! Son état est grave : il présente des fractures au ni- veau des cervicales C5 et C6, une luxa- tion cervicale assortie d'une entorse cervicale. Transporté d urgence au CHR de LILLE, Christophe sera opéré par un neurochirurgien. Un disque interverté- bral sera remplacé par une prothèse et une cage avec une plaque vissée sera

revue montee 2015:Mise en page 1 30/11/15 08:20 Page28