91 - DÉCEMBRE 2014

trice de l école et l inspecteur d acadé- mie, ce dernier soutient que la CLISS est tout à fait appropriée pour Manon. Mal- gré son insistance, cet homme ne réus- sira pas, non plus, à faire changer d avis, notre mère courage! En ce qui concerne ses filles, Patricia, n'a confiance qu'en elle. La jeune mère est maintenant assez formée pour être capable de pren- dre les décisions qui s imposent pour le bien de ses enfants.

Les bilans de Manon sont excellents

Patricia est enfin reçue, par le Docteur BLANCHON, les bilans de Manon sont excellents. Elle n'a pas de déficience in- tellectuelle ni de retard par rapport à un enfant de son âge. La fillette a simple- ment un retard scolaire somme toute assez important, mais la jeune femme est trop heureuse! Elle le savait "Elle est extraordinaire, ma fille!" pensait-elle.

Le docteur préconise le maintien de Manon en scolarité ordinaire, certificat à l'appui, Patricia attend avec impatience le prochain ESS de Manon. Patricia va encore faire du bruit, personne n a eu confiance en elle et cela l a terriblement affecté.

Si Patricia n'avait pas été aussi sûre d'elle, l avenir de sa fille aurait été com- promis. En attendant le prochain ESS, un rendez-vous a eu lieu avec la directrice de l école. Elle propose une réunion avec la maitresse de Manon pour décider l année prochaine.

Le combat continue

Et malgré les limites de l éducation na- tionale, la jeune maman continuera à se battre. Manon est heureuse de se rendre

à l'école. Elle n est pas responsable de ses quatre années perdues en pédopsy- chiatrie. Le déménagement de Patricia et de ses filles est bénéfique. Elles sont de- venues plus autonomes et elles progres- sent. Ce fut long, mais les résultats sont là. Beaucoup de travail reste encore à faire, le chemin est long mais moins si- nueux.

La jeune maman croit de plus en plus en ses filles et en leurs capacités. Ses for- mations lui permettent de stimuler Manon, chaque jour, de façon plus ap- propriée et de mieux gérer le quotidien de ses filles pour éviter des comporte- ments inadaptés. Patricia pratique les arts martiaux depuis plusieurs années et profite de son expérience en ce do- maine pour stimuler l attention et la

concentration d'Océane et de Manon un réel moyen pour la confiance en soi.

La jeune femme est très fière de ses filles, elle n a plus peur pour elles, et elle croit en un avenir pour Océane et Manon

Manon est parfois heureuse d être différente

Manon a voulu s inscrire pour septembre à des cours de musique. Elle est parfois heureuse d être différente, car à l école des liens avec d autres camarades de classe se créent, et elle dit qu elle est une star. Cette année elle a été invitée à l'anniversaire d une enfant de sa classe, elle en rêvait depuis si longtemps ! A cause de leur handicap, elles ont été re- jetées pendant plusieurs années. Pour sa part, Patricia, continue d'impli- quer sa fille dans ses soins, Manon parle facilement de son autisme, et de sa différence. Sa mère lui explique que c est parce qu'elle peut voir au delà de son Handicap, c est une autre forme d intelligence. Patricia est heureuse d être la maman d enfants différents et très fière d'avoir réussi à faire face à toutes sortes de situations avec ses filles. Toutes ces épreuves font que leur amour est encore plus fort .Si Patricia n avait pas quitté le Cantal, leur avenir aurait été sans issue. Dans ce départe- ment, il n'y a pas d équivalent et il n existe pas de collège avec une classe pour les DYS, là-bas, pour Manon se se- rait un retour vers une CLISS, cela conforte Patricia dans ses choix

Article Patricia GOUTEREDONDE

revue montee:Mise en page 1 21/11/14 10:02 Page91