87 - DÉCEMBRE 2014

mande à la maman de continuer à struc- turer son éducation. Ce médecin qui n'a pas été plus capable de diagnostiquer l'autisme d'Océane s'est permis d'éta- blir un compte rendu avec la première pédopsychiatre dans lequel il est bien précisé que la maman est en "hyper sol- licitude anxieuse" Cette phrase cho- quante restera gravée à tous jamais dans la mémoire de Patricia!

La séparation d'avec le père des enfants et le parcours atypique de Manon va per- mettre à Patricia de réagir très vite et d'enfin rencontrer la personne qui va la conduire et la soutenir dans le monde et la découverte très complexe de l au- tisme. Cet homme, spécialiste de l'au-

tisme est le directeur d'une IME. Il va être le premier à la préparer et surtout à enfin l'écouter !

Il propose à Patricia une formation d'une semaine. Cela a été un électrochoc pour la jeune femme qui voit défiler sur l écran les dix années qu'elle vient de vivre avec les TED de ses filles. Lors de la pause, pour ne pas pleurer, elle s isole. A la fin de la semaine Patricia décide de se diri- ger vers une analyse comportementale A B A.

Par chance, cette région a un service de pédopsychiatrie au CHU de SAINT ETIENNE dirigé par un pédopsychiatre, le Docteur BLANCHON, qui n'accable pas les mères en les accusant d'être la cause de l'autisme de leurs enfants.

Patricia trouve une structure pouvant ac- cueillir ses filles mais cela implique de déménager. Elle décide pour ne pas trop perturber ses enfants d attendre la fin

de l année scolaire et surtout de s'orga- niser pour que tout soit prêt et bien structuré pour Océane et Manon.

Une nouvelle vie pour la famille de Patricia

Le début d un combat sans relâche s'an- nonce pour la maman. Pour les filles, en revanche, aucun souci d adaptation. Pa- tricia est soulagée d être prise en charge pour les bilans au sein du service du Docteur BLANCHON, d'avoir enfin un diagnostic, puis de pouvoir bénéficier d'une formation, dispensée par le prati- cien, qui va lui permettre de comprendre et de mieux appréhender l autisme de-

haut niveau et le syndrome d Asperger. Aujourd hui, Océane est âgée de onze ans. Elle a été diagnostiquée "autiste syndrome Asperger" et "dysorthogra- phique" à l'âge de 10 ans.

Le combat continu, son diagnostic a per- mit la mise en place d'une AVS (auxiliaire de vie scolaire) et le début de certains soins comme des séances d'ergothéra- pie et d'orthophonie.

Etant en formation continuellement de- puis deux ans dans le milieu de l'au- tisme, la jeune femme a choisi pour Océane une prise en charge éducative et comportementale nommée ABA VB et de se former à cette méthode pour com- prendre et mieux gérer les crises de tan- trum de sa fille.

Ce début d'année 2014, grâce a la mise en place de son AVS, Océane progresse, elle est moins angoissée car cet auxi- liaire lui est d'un soutien important lors

des évaluations. Elle répète les consignes à Océane. Le deuxième tri- mestre est bien meilleur que le premier, la maitresse adapte ses dictées et cer- tains exercices, un passage en 6ème est convenu pour Océane, renforcé par une classe pour les DYS (dysorthogra- phique, dyspraxique etc )

Une très belle revanche sur la vie, puisqu elle ne devait pas dépasser la pe- tite section maternelle !!!!!!

Une petite fille presque comme les autres

Elle va pouvoir partir avec sa classe au "Futuroscope" accompagnée de son AVS pendant deux jours ! Patricia est trop heureuse pour sa fille. Des journées "passerelle" sont effectuées entre le col- lège et le primaire. Océane est heureuse de faire comme les autres enfants de son âge et d avoir la même progression. Depuis son diagnostic, Patricia implique Océane dans les soins et lui fait partager l évolution de ses formations en lui expli- quant ce handicap. La fillette sait qu elle sera autiste sa vie durant, mais qu'être différent n'est pas une fatalité. Elle gère mieux cet état de fait, alors qu'au début elle en a beaucoup souffert.

Le passage en 6ème c'est une victoire pour la mère et la fille et cela leur permet aujourd'hui de mettre toutes les per- sonnes qui ne les ont jamais soutenues, ni écoutées, ni encouragées face à leurs responsabilités car malheureusement face au handicap l'incompétence et les lenteurs administratives viennent encore de nos jours surcharger un quotidien déjà difficile et douloureux.

revue montee:Mise en page 1 21/11/14 10:02 Page87