72 - DÉCEMBRE 2014

difficultés à tenir son tronc, équilibre), la tâche reste immense.

Puisqu Aloys semble particulièrement disposé à reparler, son orthophoniste accélère la cadence afin de profiter à plein de cette fenêtre . Les mots tomate, pantalon et quelques au- tres, même prononcés avec difficulté, sont de nouveau dans son répertoire.

Dans le registre des complications, Aloys a eu à plusieurs re- prises cet été des fractures spontanées au niveau du bras et du poignet gauche. Des analyses ont montré qu une décalcifi- cation (alliée à une immobilité relative) était à l origine de cette fragilité. Un traitement assez lourd devrait lui être administré, en dehors de Saint-Maurice, à raison de trois jours tous les trois mois. Affaire à suivre.

DES PROGRÈS ENCOURAGEANTS

Aloys réalise des progrès encourageants dans le domaine de l élocution. Il s exprime de mieux en mieux. Le vocabulaire est bien choisi, ses interventions sont pertinentes et la communi- cation en est facilité. Le fait de parler reste pour lui synonyme de concentration et d effort mais nous nous comprenons de mieux en mieux. Nous retrouvons, encore un peu plus, notre Aloys d avant l accident. Sa présence à la maison le week-end nous oblige à vivre pour lui, à son rythme, et ce n est pas un mal.

Afin de limiter sa décalcification, génératrice de fragilités au ni- veau des os, Aloys passera trois jours à l hôpital du Kremlin- Bicêtre du 13 au 15 octobre où il recevra un traitement adapté mais qui ne sera pas neutre.

Le 29 septembre, une réunion associant tous les profession- nels qui suivent Aloys a eu lieu, afin de déterminer les orienta- tions qui seront données à sa rééducation pour les mois à venir.

Son séjour au Kremlin-Bicêtre s est bien déroulé, même s il a été un peu plus long que prévu. On lui a administré des pro- duits qui favoriseront la calcification des membres qu il a en- core du mal à mobiliser. Pas de nouvelles fractures à déplorer depuis fin août.

Les conclusions du bilan du 29 septembre ont été livrées aux parents par le médecin référent d Aloys. Les professionnels de santé sont satisfaits des derniers progrès accomplis, notam- ment dans le domaine de la communication. Un IRM effectué

mi-octobre montre que les lésions cérébrales visibles d Aloys continuent de se résorber normalement. Pas de complication donc de ce côté-là (à ce stade en tout cas). Il poursuivra sa ré- éducation à Saint-Maurice selon le même programme (Kiné, or- thophonie, ergothérapie) et devrait rapidement bénéficier d un cours d une heure maximum par jour dispensé par une institu- trice afin de ne pas perdre tout lien avec l école et ses réjouis- sances !

L ergothérapeute fait des essais réguliers pour qu Aloys puisse se déplacer dans un fauteuil électrique, ce qui serait de nature à lui redonner un peu d autonomie. Les séances ont l air de bien lui plaire.

Il poursuit ses efforts pour mieux parler, a atteint un excellent niveau de jeu au UNO (ce qui, accessoirement l entraîne à ef- fectuer des gestes plus précis en prenant les cartes) et appré- cie toujours autant les week-ends à la maison, entouré de ses parents, frères et sœur, très attentifs à son bien-être.

UN BEL ÉLAN DE SOLIDARITÉ

Sylvain nous confie:"Nous n'aurions pu nous consacrer à l'es- sentiel dans cette terrible épreuve sans la bienveillance de la gendarmerie en tant qu'institution. Cette aide concrête s'est traduite par une mutation anticipée en région parisienne (étant titulaire d'un commandement en Savoie au moment de l'acci- dent), la mise à disposition d'un logement adapté, des travaux qu'il a fallu réaliser pour pouvoir accueillir Aloys les week-ends chez nous, le soutien de mes chefs, de l'Accompagnement du Personnel, de la Fondation Maison de la Gendarmerie, des hommes et des femmes que j'ai eu l'honneur de commander trop peu de temps à Albertville."

Enfin, l'association Gendarmes de Cœur, par l'intermédiaire de Michel SCAT nous a apporté une aide substantielle, au cours d'une cérémonie (simple mais émouvante) qui s'est déroulée dans les murs de la Direction Générale. Au-delà du geste, il y a un travail formidable qui est réalisé par l association, en lien étroit avec l'institution, pour venir en aide aux familles tou- chées de plein fouet par des accidents dramatiques ou la ma- ladie. Nous leur en sommes infiniment reconnaissants et avons été extrêmement touchés par cet élan de solidarité qui nous a permis de franchir déjà d'importantes étapes sur ce dif- ficile parcours".

Un blog est consacré à Aloys pouraloys@wordpress.com C'était pour nous le moyen le plus pratique de donner des nouvelles de son évolution.

Dès que nous le jugeons nécessaire, nous postons des articles, au fil des progrès et des étapes franchies.

Article Chef d'Escadron Sylvain MERLY

revue montee:Mise en page 1 21/11/14 10:01 Page72