27 - DÉCEMBRE 2014

La solidarité est indispensable pour lutter contre la maladie.

Par ce geste, l association apporte une aide financière mais aussi physique et psychologique indéniable et indispensa- ble à toute sa famille. Il est vrai que tous les soins d Alexis sont pris en charge, sans exception. Mais c est sans compter les dommages collatéraux. Les hospitali- sations hors Paris, à Clermont-Ferrand par exemple, parce qu ils n ont pas les appareils adéquats pour des enfants de cet âge sur Paris, les hospitalisations de longue durée où seul l enfant est pris en charge et non le parent accompagnant, les différents régimes spéciaux à suivre, les suivis psychologiques des frères et sœurs qui ne comprennent pas pourquoi la vie s acharne ainsi sur leur petit frère. Sans parler de l état de santé de leur maman, ce n est pas utile. Quant au papa, il survie et tient, tant bien que mal, son rôle de pot de colle afin de garder soudé cette famille qui se bat d un bloc au quotidien contre cette maladie. Il prie pour ne jamais craquer et c est grâce aux élans de solidarité de ces amis et de telles associations que nous résistons.

Un courage insoupçonnable

Le plus fort d entre nous est sans contexte notre Alexis. Cette épreuve aura révélé en lui un courage insoupçonnable et une envie de vivre magnifique. Tous ceux qui le côtoient se demandent par- fois s il est vraiment malade. En tant que parents, nous pouvons vous certifier qu il dissimule très bien son état physique et ses nombreuses souffrances. Il est un exemple et fait la fierté de son père. Alors, il est vrai que nous avons tendance à vouloir aussi réaliser la plupart de ses souhaits, quelques-uns sont des rêves d un enfant qui se bat tous les jours pour vivre normalement et surtout plus long- temps

Aucun d entre nous n est à l abri

Cette épreuve aura révélé une très belle chose : les liens exceptionnels de notre famille et le cœur de chacun de ses mem- bres.

Alors c est avec un immense soulage- ment que nous avons accepté cette aide qui va nous permettre de rembourser nos premières dettes et de continuer à ac- compagner notre fils dans son combat de tous les jours.

Nous avons de la chance d avoir de telles associations au sein de notre unité. Une cotisation de 15,00 par an, ce n est rien et cela peut tant apporter aux fa- milles en détresse et aucun d entre nous n est à l abri.

Merci pour ce soutien, merci pour votre présence et votre accompagnement qui continue. Merci au colonel GUERIF et à tout son état-major, à mes chefs

de service et chefs de projet, le lieutenant-colonel Christophe GODIGNON, Mme Annabelle PETITJEAN, le lieutenant-colonel Patrick TOUAK,

le chef d escadron Richard DEHAINAULT, les majors Christian BIENASSIS et Paul REBILLON qui me permettent d accompagner au mieux mon fils au quotidien. Merci à tous mes amis qui à un moment

ou un autre ont apporté leur aide envers Alexis, en un petit geste, un cadeau, une coupe de cheveu, un soutien, un moment de joie

qui redonne le sourire à ce petit garçon par conséquent, à ses parents et frère et sœur. Que d amitiés sont nées à travers cette épreuve

que vous avez tous choisi de traverser avec nous.

Le moral est réellement très important dans le processus de guérison de cette maladie.

C est aussi ces moments là qui me rendent fier d être Gendarme, fier de tous les membres de ma famille.

Nous résisterons et gagnerons cet ultime combat aussi grâce à vous. Merci.

L adjudant Patrick MARTIN Le Papa.

revue montee:Mise en page 1 21/11/14 09:59 Page27