3 - DÉCEMBRE 20139 4

LES PREMIERS ENNUIS COMMENCENT

Les premières épreuves ne tardent cependant pas à arriver. Océane marche très souvent sur la pointe des pieds. Ses parents prennent tout d abord cette habitude pour un jeu mais lors des séances de sports de l école et du mercredi en gymnastique, où elle est spécialement douée à la poutre, son professeur leur annonce qu elle ne prendra plus Océane dans son cour. Cette anoma- lie lui semble trop dangereuse.

Durant plusieurs années, différents médecins lui prescrivent des semelles correctrices ainsi que des séances de kinésithérapie. D autres diagnos- tiquent une différence de taille dans ces 2 jambes et programment des opérations répétitives an- nuellement que nous refusons. C est un kinési- thérapeute, M. GENET Marc qui nous envoie rencontrer un chirurgien de l hôpital TROUSSEAU, le Docteur MADHI afin de trouver le véritable pro- blème entrainant ce comportement chez notre fille.

En 2005, Les différents colloques des chirurgiens de cet hôpital finissent par déceler une tumeur de 7 cm dans la cuisse de leur fille. En même temps, Patrick apprend que son père adoptif est atteint de son premier cancer et que sa mère doit subir une opération du cœur. Il est alors obligé de quit- ter l I.R.C.G.N. ne pouvant plus fournir le même travail et intègre, en juin 2005, le S.D.M.L.

Sa fille Océane subit dans le même temps une double opération qui consiste à lui retirer la tu- meur et à rallonger son tendon d Achille complè- tement atrophié par la tumeur et qui entraine cette démarche particulière.

LA FAMILLE S'AGRANDIT MAIS LES ENNUIS CONTINUENT

Deux ans plus tard, le 03 janvier 2007, arrive leur dernier fils Mathis. La famille dont Patrick a tou- jours rêvé est enfin construite. Le bonheur se ré- installe jusqu en juin 2009.

Président du Comité des Fêtes du Fort de Rosny, alors qu'il organise la kermesse du fort, le sa- medi 30 mai 2009, Son épouse atteinte de ver- tiges, se rend seule chez le médecin. Elle fait alors un AVC dans son cabinet. Envoyée en ur- gence dans un hôpital spécialisé dans les acci- dents vasculaires cérébraux, Patrick ne pourra lui rendre visite que le lundi suivant. Après deux se- maines d hospitalisation, elle se remettra de cette attaque, sans séquelle, au bout de trois longues années d arrêt complet. Son moral et sa joie de vivre par contre ne sont plus du tous les mêmes, malgré ses efforts.

revue montee:Mise en page 1 21/11/14 09:58 Page9